<紀要論文>
ソロヴィヨフとベルジャーエフ : 「新たな宗教意識」の系譜

作成者
本文言語
出版者
発行日
雑誌名
開始ページ
終了ページ
出版タイプ
アクセス権
JaLC DOI
概要 Le fondement de la philosophie sociale berdiaevienne vient de l'idée théocratique de Soloviev. Au début de sa carrière philosophique Berdiaev se situe dans le mouvement "Nouvelle conscience religieuse...", dirigé par D. Merejkovsky. Sa philosophie sociale suit entièrement la critique solovievienne du christianisme historique. Soloviev voyait l'origine de l'inefficacité sociale du christianisme dans la déformation de cette religion par la "vision moyenâgeuse du monde". II caractérise cette "vision" par (1) dogmatisme étroit, ( 2 ) individualisme partial et (3) spiritualisme faux ("Sur la falsification" Œuvres complètes, vol. 6), et il vise à la théocratie qui n'est autre chose que le royaume de Dieu sur la terre. Berdiaev réclame, lui aussi, la théocratie en tant que le christianisme efficace dans la vie sociale. Mais la théocratie berdiaevienne contient une contradiction insoluble : son idée théocratique se fonde sur la théocratie solovievienne d'une part, et sur la "Légende du Grand Inquisiteur" de Dostoevsky d'autre part. Or cette "Légende" tend plutôt à dévoiler la fausseté d'idées théocratiques en général. L'idée théocratique de Berdiaev était intenable à cause de cette contradiction. Comme Soloviev dans sa dernière époque, Berdiaev rejette bientôt l'idée théocratique sur la terre. Mais il reste socialiste toute sa vie. Son attitude équivoque envers le socialisme vient du résidu de sa théocratie à la Soloviev.続きを見る

本文情報を非表示

slc003p001 pdf 1.14 MB 173  

詳細

レコードID
査読有無
関連情報
主題
ISSN
NCID
タイプ
時代・年代
登録日 2009.04.22
更新日 2017.01.27